Les Cosaques Zaporogues : entre la mort et le mariage

En lisant les anciens textes, nous constatons que les Cosaques Zaporogues possédaient un système juridique précis et bien structuré. Cependant, certaines coutumes peuvent nous paraître aujourd’hui exotiques ou humaines. Voici en exemple. A toi, Lecteur, de décider.

Cliquer pour accéder à l'original

Les Cosaques Zaporogues respectaient les anciennes traditions slaves : un condamné à mort pouvait être gracié. Il suffisait qu’une jeune fille ou une jeune femme célibataire se prononçait  prête de le prendre pour époux.

Des histoires confuses et dramatiques se produisaient parfois. Voici une anecdote que la fin du XVII siècle nous remonte. Les cavaliers escortaient un cosaque condamné à mort  près du village de Baturine. Soudainement, une jeune fille, le visage couvert par une voile, traverse la route du convoie et déclare en haute voix devant tout le monde son envie de prendre le malheureux pour époux. Le convoi s’arrête et le cosaque demande à la jeune fille de retirer sa voile. Une minute après il prononce : « Je préfère mourir. Reprenons la route ».

d’après les recherches de Michail Pavlov pour Pravosuddia

Savoir plus : Les Cosaques Zaporogues écrivant une lettre au Sultant de Turquie

2 réflexions sur “Les Cosaques Zaporogues : entre la mort et le mariage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s